Historique

 

       

Coordonnées    
Tél : 867-667-5121
Téléc.: 867-393-6201
Courriel : commissioner@gov.yk.ca

412 rue Main
Whitehorse (Yukon) Y1A 2B7

Historique

Le Bureau du commissaire a été créé en 1898 lorsque le Parlement du Canada a adopté la Loi sur le territoire du Yukon (devenue depuis la Loi sur le Yukon). En vertu de cette loi, le gouvernement du Canada a nommé le commissaire et un conseil législatif composé de six membres pour gouverner le territoire. Au fil des ans, le commissaire a conservé l’autorité administrative et le pouvoir, et le conseil législatif a été remplacé par des membres élus. En 1979, la lettre du ministre Jake Epp allait modifier radicalement la participation du commissaire aux activités quotidiennes du gouvernement. En 2003, les fonctions du poste ont été officiellement changées lorsque des modifications ont été apportées à Loi sur le Yukon. Aujourd’hui, le rôle du commissaire est semblable à celui du lieutenant-gouverneur d’une province.

Les commissaires du Yukon dans l'histoire

Commissaires du Yukon (1948 - )

Bouton des anciens commissaires

Après la Deuxième Guerre mondiale, la production minière connaît une hausse au Yukon et, grâce à la nouvelle liaison entre le Yukon et le sud par la route de l’Alaska, on constate un accroissement marqué du développement de l’infrastructure et de l’investissement dans l’économie du Yukon. Cette situation se traduit par une augmentation des tâches, des responsabilités et de la charge de travail du directeur général; aussi, le titre de commissaire est-il rétabli pour ce poste afin de refléter ces changements.

Contrôleurs ( 1936 - 1947)

Contrôleurs ( 1936 - 1947)

Contrôleur

Une hausse de la production d’argent et d’or au Yukon stimule modérément l’économie du Yukon. Pour refléter cette dynamique, en anglais, le titre du directeur général du Yukon « Comptroller » (soit un comptable qui gère les finances d’une société privée ou cotée en bourse) est remplacé par « Controller» (une personne qui exerce les mêmes fonctions au sein du gouvernement). En français, l’équivalent « contrôleur » reste le même.

Contrôleurs (1932 - 1936)

Contrôleurs (1932 - 1936)

texte pour Contrôleurs

En plein cœur de la Crise de 1929 et avec la fermeture des mines importantes dans la région de Mayo, l’administration du Yukon subit d’autres compressions, touchant notamment le poste du commissaire de l’or. Les responsabilités liées à ce poste sont assignées au contrôleur, qui est dorénavant le directeur général du Yukon.

Commissaires de l’or du Yukon (1918 - 1932)

Commissaires de l’or du Yukon (1918 - 1932)

Texte pour les Commissaires de l’or du Yukon

Après la Première Guerre mondiale et compte tenu du déclin de Dawson, les postes de commissaire et d’administrateur du Yukon sont abolis, et les tâches et responsabilités du directeur général sont assignées au commissaire de l’or du Yukon.

Commissaires du Yukon (1898 - 1918)

Commissaires du Yukon (1898 - 1918)

texte anciens commissaires1898

Dans la foulée de l’établissement du Yukon comme territoire distinct des Territoires du Nord-Ouest, le poste de commissaire du Yukon est créé et ce dernier  préside aux affaires du territoire.

Directeur général et commissaire du Yukon (1897 - 1898)

Directeur général et commissaire du Yukon (1897 - 1898)

Text pour le Directeur général et commissaire du Yukon

Lorsque la nouvelle de la découverte d’or dans le Klondike se répand, la population de Dawson monte en flèche. Le poste de Directeur général et commissaire du Yukon est donc créé pour faire régner l’ordre et préparer le terrain pour la création du Yukon en tant que territoire distinct, indépendant des Territoires du Nord-Ouest.

Agents pour le Dominion supervisant le Yukon, district provisoire des Territoires du Nord-Ouest (1894-1987)

Agents pour le Dominion supervisant le Yukon, district provisoire des Territoires du Nord-Ouest (1894-1987)

Texte 1894 à 1897

Le gouvernement canadien de l’époque, préoccupé par la forte présence de mineurs américains au Yukon et désirant y affirmer sa souveraineté, mandate l’inspecteur Charles Constantine pour qu’il se rende sur le territoire, qu’il constate la situation et qu’il y assoie l’autorité du Canada.